Centre Culturel de La Ricamarie

Le roi nu

Le roi nu

Compagnie Le Souffleur de Verre

« Je n’écris pas un conte pour dissimuler une signification, mais pour dévoiler, pour dire à pleine voix, de toutes mes forces, ce que je pense »

S’inspirant librement de trois contes de H. C. Andersen (Le Porcher amoureux, La Princesse au petit pois, Les Habits neufs de l’empereur), Evgueni Schwartz écrit Le Roi Nu, pamphlet politique dénonçant l’assujettissement des individus confrontés à la tyrannie, en 1934. Il compose cette première oeuvre pour adultes en utilisant les ressorts de la fable, mêlant habilement la satire politique et sociale au fantastique. Il y est question des amours contrariées de Henri, charmant et astucieux porcher, et d’Henriette, jeune princesse, dont le père ambitionne pour elle un parti plus conforme à son rang. Il envisage son mariage avec le roi d’un pays voisin, fantoche tyrannique imbudesapersonne.

Après bien des rebondissements, le projet échouera grâce au stratagème d’Henri et de son ami Christian, déguisés en tisserands et créateurs pour le roi d’un habit de cérémonie, censé être invisible aux yeux des imbéciles et des traîtres. Avec ses deux souverains autoritaires, Le Roi Nu fut interdit avant même d’être créé (il faudra attendre 23 ans). La censure soviétique n’accepta pas ce portrait au vitriol. Schwartz y parlait d’Hitler, elle voyait Staline.

Dans Le Roi Nu, le Bien et le Mal s’affrontent une fois de plus mais sur un sujet contemporain avec ses despotes bornés et militaristes, leur cohorte de flatteurs, d’exécutants serviles et de citoyens décervelés. Ainsi le conte ne ressemble plus à celui de nos enfances ; il en renvoie juste quelques échos. L’entrelacs fantastique/réel se fait proche de nous. Tout y est, mais pas toujours à sa place habituelle. Le fil du récit s’envole dans des péripéties imprévues, tantôt merveilleuses, tantôt terre à-terre.

Centre Culturel de La Ricamarie - salle Louis Daquin - avenue Maurice Thorez - 42150 La Ricamarie - 04 77 80 30 59